Jardin Partagé de la Haie Griselle – Un état des lieux tendu

L’état des lieux du jardin partagé de la Haie Griselle, voulu par Régis Charbonnier, le maire de Boissy, s’est déroulé jeudi 1er avril.

Le maire était présent, accompagné de sa directrice de cabinet, de l’adjoint au maire à l’environnement, de la directrice de l’ASGE, d’une employée du service technique chargée des états des lieux et de deux policiers municipaux. Oui, deux policiers municipaux !! Il fallait bien ça pour contenir de dangereux jardiniers potentiellement violents…

Du côté de l’association, une douzaine d’adhérents étaient présents en respectant les gestes barrière pour soutenir nos présidents, le sortant et l’élu, et montrer la solidarité du collectif à l’occasion de cet évènement assez spécial et son désaccord face à cette fin de gestion du jardin injuste.

De nombreux échanges ont eu lieu, fermes quelquefois. L’association avait préparé son propre inventaire, joliment appelé par le président élu « inventaire du vivant », décrivant les résultats du travail effectué dans le jardin depuis 6 ans. Cet inventaire, bien plus pertinent que l’officiel, a été remis au maire.

A noter que le courrier recommandé reçu par le président sortant pour cet état des lieux évoquait la remise des clés du cabanon. Pourtant, des agents municipaux sont venus très vite après pour changer les canons des serrures. Ambiance…

Le maire PS de Boissy, fidèle à sa volonté de reprise en main brutale des associations qui ne lui plaisent pas, avec la complicité de sa majorité, est donc allé au bout de sa démarche de casse d’un collectif et d’un travail de longue haleine.

Ça ne va pas contribuer à apaiser les relations, humaines et politiques, au sein de la ville de Boissy-Saint-Léger. Bienveillance qu’ils disaient… tu parles !

Quand je pense que certains auraient voulu qu’une alliance se fasse à gauche dans notre canton pour les prochaines départementales, y compris avec le PS… Les adhérents de l’association membres ou proches de LFI ou d’EELV aiment les légumes bio, pas les couleuvres.

Ceci dit, cet épisode peu glorieux de la gestion municipale n’empêchera pas l’association de poursuivre ses actions en faveur de la végétalisation de la ville, fleurs, légumes, arbustes, aromatiques. Une étape s’achève, une autre commence, avec détermination et enthousiasme.