Primaire populaire

Les partis politiques membres du Pôle Écologiste ont organisé une primaire ouverte en septembre 2021. Des réunions avaient eu lieu les semaines et les mois qui précédaient pour inviter d’autres partis de gauche à y participer.

Cinq candidats se sont alignés pour cette primaire, Yannick Jadot a été élu lors du second tour. Il est le candidat légitime de tous les écologistes.

Parallèlement, des militants de gauche ont voulu initier une autre primaire, la primaire populaire, ayant comme principes de bâtir un programme élaboré par l’ensemble des promoteurs de la primaire et de désigner, sur la base de candidatures ou pas, la personne qui devrait porter ce programme.

Mais le programme de gouvernement qui a été fait ne correspond pas forcément aux propositions des candidats déjà déclarés ni au programmes élaborés par les partis politiques qui les soutiennent. Chez EELV par exemple, c’est le parti tout entier, avec les contributions des autres partis du pôle écolo et les ajustements demandés par le candidat, qui a travaillé sur le programme porté par Yannick Jadot.

Il y a entre les candidates et candidats déclarés des divergences de fond importantes. Sur l’Europe, sur les relations internationales, sur le poids respectif de l’écologie face au social ou à l’économique, sur la laïcité, sur l’urgence de la transition écologique, sur la décroissance.

Il y a aussi la non crédibilité de celles et ceux qui ont participé au gouvernement Hollande et qui ont privilégié le libéralisme économique et social, sans agir suffisamment pour la transition écologique et avec lesquels une alliance n’est pas possible. Christiane Taubira, dont on dit que la primaire est taillée pour elle, en est le pire exemple, avec des positions parfois très libérales, peu pertinentes sur l’écologie, pas convaincante sur le social. Sa haute stature humaine, ses qualités de débattrice et sa grande culture n’en font pas une candidate capable de mener les batailles en faveur de la transition écologique et sociale.

Ces divergences, sur le fond, sur l’histoire, sur les relations, font, à mon avis, que la synthèse est impossible.

On paye au prix fort le caractère présidentiel de notre constitution qui base (presque) tout sur un personnage, homme ou femme.

Ma position personnelle est que je soutiendrai jusqu’au bout Yannick Jadot, quel que soit le résultat de la primaire populaire. Je soutiendrai aussi la candidature aux législatives qui sera retenue par le pôle écologiste, candidate ou candidat qui aura forcément soutenu Yannick Jadot.

Mais je vais aussi voter à la primaire populaire, pour Yannick Jadot, parce que je pense que s’il fait un bon score, sans être candidat, il aura une légitimité plus forte encore.

Ensuite, il faudra militer et agir pour changer notre constitution, donner moins de poids au président de la République. Personnellement, je serais favorable à son élection parmi les parlementaires et non plus au scrutin universel.