Et au bout des négociations menées par les dirigeants nationaux, il n’en resta qu’un dans notre circonscription comme dans beaucoup d’autres. Bonne chance à lui, à elles et à eux.

Mettre en place une politique écologique et sociale est une urgence absolue. Faire contrepoids au libéralisme méprisant de la macronie, contenir l’avancée de l’extrême-droite en sont d’autres.

Pour autant, les conditions de l’accord passé entre LFI et mon parti, EELV, balaient des efforts et une implantation de longue date de l’écologie politique que je vis mal. Il présente aussi des éléments programmatiques et une pratique de la politique qui me déplaisent profondément.

Au-delà de ce ressenti personnel, je sais reconnaître la puissance d’un accord historique et je comprends, et j’accepte, intellectuellement en tout cas, ce qu’il peut engendrer de dégâts dans les collectifs locaux au nom de l’intérêt supérieur. Mais je ne participerai pas à la campagne dans ma circonscription. Peut-être le regretterai-je dans deux mois ou dans deux ans.

Bonne chance aux candidats de la Nouvelle Union Populaire, Écologique et Sociale.