Archives de catégorie : Actualité

Adhérez à Europe Écologie les Verts

Face aux crises environnementales, sociales, démocratiques et maintenant sanitaires que nous subissons, on ne peut plus continuer à gérer les territoires, les pays et le monde comme si de rien n’était.

Peser sur les choix politiques, gagner des élections, faire la démonstration qu’une politique portée par une détermination forte vers l’écologie populaire est possible. Ce pouvoir de faire et d’agir passe par le renforcement des collectifs locaux qui débattent, partagent les mêmes craintes et les mêmes espoirs, sont prêts à s’engager, chacun à sa façon, selon ses possibilités, pour transformer nos territoires.

Nos modes de déplacements, notre alimentation, nos consommations relocalisées, etc. Les leviers d’actions sont nombreux, et là où ils sont activés, ils fonctionnent.

Ça vous dit ? Si oui, adhérez à EELV, c’est facile, c’est une promesse de satisfaction et d’action utile et enthousiasmante.

J’adhère à Europe Écologie Les Verts

Groupe local du Plateau Briard, Boissy-Saint-Léger, Villecresnes, Marolles-en-Brie, Santeny, Mandres-les-Roses, Périgny-sur-Yerres.

Logo EELV

C’est fou !

Le référendum au Royaume Uni sur la sortie de l’Union Européenne a eu lieu le 23 juin 2016. Le brexit n’est  toujours pas effectif. C’est fou !

De nombreux internautes expliquent sans rire sur Facebook ou ailleurs que l’interdiction de réouverture des restaurants est une volonté délibérée du gouvernement de sacrifier définitivement ces commerces. C’est fou ! Je précise que j’aurais préféré qu’ils rouvrent aussi, avec des protocoles sanitaires que les restaurateurs savent mettre en place.

Des groupes affirment très sérieusement que la vaccination contre le Covid se fait dans le cadre d’un plan mondial pour éradiquer les pauvres. C’est fou !

D’autres (et les mêmes) prétendent que l’autre objectif des dirigeants est d’enrichir les labos pharmaceutiques. En fait, ce sera bien une des conséquences d’une vaccination de masse, mais prétendre que c’est un choix économique alors que d’autres solutions (naturelles, forcément naturelles) existent, c’est fou !

Des policiers chargés du maintien de l’ordre n’hésitent pas à matraquer et mettre en garde à vue des journalistes, à trainer des migrants dans leurs tentes de fortunes pour les faire partir (ou ?), de faire des croche-pied à des manifestants ou des migrants qui ne cherchent qu’à échapper aux matraques ou aux gaz lacrymogènes, c’est fou et insupportable !

Yannick Jadot, qui s’est imprudemment déclaré en faveur d’une vaccination obligatoire, est traité par les anti-vaccins, les anti-macron et les gardiens auto-déclarés des « libertés fondamentales de faire comme je veux » de traitre à la cause écologiste, de vendu aux grands labos, et « tu verras, on va te massacrer à la présidentielle »… C’est ouf !

Ça n’empêche qu’il aurait dû s’abstenir de répondre aussi vite à la question du journaliste. Çà n’empêche qu’il est bien possible que je préfèrerai un autre ou une autre candidat.e.

Ah tiens, au fait, je suis favorable à la vaccination obligatoire, mais seulement quand on aura du recul sur l’efficacité et l’absence d’effets secondaires graves des vaccins qui seront mis sur le marché. A titre personnel, je suis prêt à tester le premier vaccin un peu sérieux qui sera disponible. Je suis persuadé que le rapport bénéfice/risque est en faveur de la vaccination. Je sais aussi que le covid est une sale maladie qui fait des dégâts et qu’il faut tout faire pour s’en débarrasser.

Création d’une antenne boisséenne de « Mieux se Déplacer à Bicylette »

Voilà une excellente initiative d’un cycliste boisséen que je soutiens à fond :

« Vous avez peur de reprendre le vélo ou même vous êtes cycliste néophyte, vous êtes assidu ou vélotaffeur, nous avons tous et toutes des remarques, des propositions à faire en termes de pistes cyclables, voies partagées, arceaux de stationnement. Des nouveautés dans le code de la route ne bénéficient pas encore aux cyclistes à Boissy-Saint-Léger, tels que le sas vélo et le triangle « cédez le passage ». Apprendre à entretenir son vélo, faire des sorties de groupe sécurisées, ça vous tente ?

Alors, se rassembler, échanger nos expériences, convaincre de nouveaux usagers à se lancer à vélo pour leurs trajets courts, être force de proposition, agir pour un usage du vélo démocratique, sécurisé et respecté, ça vous tente ?

Contactez-moi par MP. Dès que nous serons assez nombreux, je vous proposerai une réunion pour créer une antenne « MDB, Mieux se Déplacer à Bicyclette » rattachée à l’association MDB Ile-de-France (https://mdb-idf.org/), elle-même membre de la très influente Fédération française des Usagers de la Bicyclette (FUB) https://www.fub.fr/.. Nous constituerons un bureau pour nous organiser localement. »

Covid 19 – Qui doit vivre, qui doit mourir ?

Liberté du plus grand nombre contre l’explosion des hôpitaux et des dizaines de milliers de morts à pleurer ?

J’ai lu l’appel de 200 avocats et juristes appelant « au déconfinement et à défendre la vie sous tous ses aspects ».

Oui, nos libertés individuelles sont bafouées. Oui, notre gouvernement édicte des règles qui varient trop, qui sont souvent en décalage avec le simple bon sens, qui sont contradictoires entre elles.

Mais le refus d’un trop grand nombre de Français d’appliquer les gestes barrières rend cet appel illusoire et dangereux.

Mais la tension dans les hôpitaux oblige à prendre des mesures coercitives sauf à attendre des professionnels de santé qu’ils disent qui doit vivre et qui doit mourir.

Cet appel est convaincant sur de nombreux aspects. Défense des libertés, la santé est « un état de complet bien-être physique, mental et social, et ne consiste pas seulement en une absence de maladie ou d’infirmité », et, évidemment, le confinement a des conséquences désastreuses sur les plans santé mentale et relations sociales notamment, sans même parler de l’économie.

Lorsque est souligné le fait que la moyenne d’âge des personnes décédées du fait du covid est de 84 ans, c’est une façon de dire qu’il vaut mieux prendre le risque de laisser mourir des personnes âgées plutôt que de créer des problèmes majeurs et durables à toute une population. Bon, ça s’entend comme argument. C’est brutal, mais pourquoi pas. On vote là-dessus ?

Cet appel dit aussi que la solution aurait été de mieux soutenir le secteur hospitalier ces six derniers mois, sauf que :

-La casse du service public de santé a commencé il y a bien longtemps (fin des années 1980 ?). Il est évidemment impossible de renverser la tendance en si peu de temps, de former des professionnels de santé, de construire des hôpitaux et de les équiper dans un délai aussi court alors qu’il faudrait sans doute pas loin de dix ans, à condition de dégager les ressources financières nécessaires, pour le faire. Quoi qu’il en soit, évidemment il faut lutter pour réparer cette casse et disposer d’un service hospitalier public à la hauteur des besoins de la population, avec des professionnels en nombre suffisant et correctement payés.

– On ne peut pas de toute façon dimensionner nos hôpitaux pour absorber des chocs sanitaires aussi violents. Créer 50.000 lits de réanimation, former le personnel qui ira avec, acheter et entretenir les équipements qui les entoureront. Bien sûr, des acrobaties incroyables et remarquables des acteurs de santé se font pour trouver des solutions institutionnelles ou bricolées pour limiter la casse, mais ça sera forcément avec des effets très limités.

Hors confinement, je ne vois pas d’autres solutions que le strict respect des gestes barrières lorsqu’on est en présence de personnes extérieures au cercle familial.

Mais c’est pour moi malheureusement évident que l’inconscience d’un trop grand nombre de personnes, ou qu’un refus du port du masque pour protester ou tout simplement par négligence ou par flemme, ne permettra pas ce strict respect.

Commémorations, faire évoluer ces célébrations du devoir de mémoire

Quelques dates sont considérées comme incontournables, même s’il n’existe semble-t-il aucune obligation légale à les organiser. Ce qui est obligatoire, c’est de « pavoiser » certains bâtiments publics en y installant des drapeaux français. Les dates qu’on se doit de célébrer sont le 8 mai (victoire du 8 mai 1945) et le 11 novembre (armistice de la première guerre mondiale). A Boissy il y en a beaucoup plus, comme dans plein d’autres communes.

A titre personnel je ne me suis rarement senti parfaitement à ma place à l’occasion des commémorations. D’abord parce qu’elles se déroulent selon un protocole militaire. Se recueillir sur un lieu de souvenir en commençant par un « garde à vous ! » tonitruant me gène.

Ensuite, je suis très réservé sur les effets réels de ces cérémonies sur justement le devoir de mémoire et la sincérité de l’hommage rendu aux morts pour la France (et pourquoi pas les autres morts aussi, d’ailleurs ?). Des cérémonies lourdes, souvent tristes, où l’on voit toujours les mêmes personnes, avec des discours convenus et trop longs n’ont, je trouve, qu’un intérêt pédagogique très limité.

Ces cérémonies ont la même fonction que les symboles de notre pays, au même titre que l’hymne national et le drapeau français. Saluer et respecter les symboles est  nécessaire, mais ce ne sont pas les symboles qui font la Nation et le sentiment de partager un destin commun.

Alors, y aller ou pas ? Pendant ma campagne des municipales, j’avais évoqué l’idée de remplacer ces cérémonies par une cérémonie unique pour célébrer la paix « pour rendre hommage aux victimes de conflits, en France et ailleurs dans le monde, et pour célébrer la Paix ». Plusieurs de mes colistiers n’étaient pas d’accord, et cet engagement s’est transformé en la création d’une nouvelle commémoration. Notre place minoritaire dans l’opposition fait que cet engagement n’aura pas de suite dans le mandat actuel.

D’un point de vue pragmatique, je dirais que c’est l’occasion de se montrer, de serrer des mains, de féliciter les musiciens de l’harmonie municipale et de ne pas se faire trop remonter les bretelles par les « vrais patriotes » auto-désignés. Et on peut, si la cérémonie est faite de façon intelligente, apprendre des choses sur notre histoire, nationale et locale.

Enquête publique sur l’extension de l’incinérateur de Créteil. Jusqu’à demain dernier jour pour dire NON !

Voici ma contribution à l’enquête publique sur l’extension de l’incinérateur de Créteil. D’autres contributions, dont celle du groupe AES (Alternative Écologiste et Sociale) du conseil régional d’Ile de France, sont plus détaillées et très bien argumentées. Je peux la donner à qui la veut.

Madame, Monsieur,

L’extension de la capacité de cet incinérateur pose plusieurs problèmes.

– Sur la logique industrielle d’alimentation du troisième four à construire, contraire à l’intérêt général et à la réduction indispensable de nos déchets, qui ne fonctionnera que s’il y a suffisamment de déchets pour l’alimenter.
– Sur l’aggravation de la pollution atmosphérique engendrée par la circulation des camions apportant les déchets à l’usine, sans oublier la dégradation des chaussées de ce secteur déjà tellement abimées et souvent dangereuses.
– Sur le choix d’investir dans l’incinération alors qu’il faudrait que les politiques publiques soient fermement et courageusement tournées vers :
1- la réduction des déchets à la source,
2- le tri sélectif,
3- seulement ensuite vers l’incinération, qui n’est que l’avant-dernière mesure avant l’enfouissement.

Sur le tri sélectif, il me semble scandaleux que le vertueux élargissement des types d’emballages pouvant être collectés dans les bacs jaunes de GPSEA n’ait pas été accompagné d’une augmentation de la fréquence de passage des éboueurs pour les collecter. Du coup, pas assez de place dans ces bacs, beaucoup de dépôts d’emballages dans les bacs bordeaux d’ordures ménagères qui ainsi contribuent à justifier l’extension de l’incinérateur.

Je suis très défavorable à cette extension de capacité de l’incinérateur ValoMarne de Créteil.

Bien à vous,

Christian LARGER
Conseiller municipal
Boissy-Saint-Léger

Écologie, solidarité, démocratie, une liste d’union pour gagner le 28 juin à Boissy-Saint-Léger

La liste « Ensemble, nous ferons Boissy » que je menais au premier tour, investie par Europe Ecologie les Verts, a fusionné avec la liste «Boissy, c’est vous» menée par Fabrice Ngaliema. Cette liste fusionnée a été rejointe également par la liste menée au premier tour par Bernard Semser, investie par le Parti de Gauche et la France Insoumise.Christian Larger (en 3ème position), Pascale Isel (4ème), Flavien Canale (5ème), Gérard Hautot (25ème), Grazia Turchiano (32ème) sont les colistiers d’ « Ensemble, nous ferons Boissy » qui rejoignent « Boissy, c’est vous » pour le second tour de l’élection municipale et communautaire.

Parce que nos programmes sont très proches, quasi identiques, et que les quelques rares divergences se règleront sans problème.

Parce que nous mesurons les changements nécessaires à Boissy-St-Léger, dans le domaine du social et de l’attention aux plus démunis, de l’attractivité de la ville, de l’économie locale et de l’emploi, de la démocratie locale par le dialogue permanent et respectueux avec les habitants et l’ensemble des élus, de l’aide à apporter aux associations et aux clubs qui ont une action sociale à soutenir.

L’écologie, les circuits courts, la solidarité, des moyens de déplacements vertueux et durables, la protection de notre magnifique biodiversité, le développement de l’économie locale, l’économie classique comme l’économie sociale et solidaire, l’accessibilité, la condition animale sont les domaines où notre expérience et nos engagements de toujours apporteront une force supplémentaire à la liste « Boissy, c’est vous ».

Parce que la crise sanitaire que nous traversons doit accélérer les transitions écologiques, économiques et sociales, que notre action doit être forte, à l’échelle de la ville comme à celle du Territoire et de la Métropole. La lutte contre le changement climatique, la sixième extinction des espèces et les pollutions, fléaux provoqués par un mode de vie et une économie mondiale suicidaires en sont les enjeux majeurs.

Parce que l’union fait la force, que nos expériences, nos réseaux politiques, nos déterminations vont s’additionner pour faire de notre ville un territoire en transition moderne, tourné vers toutes les générations et particulièrement la jeunesse, vers tous les quartiers et toutes les forces vives de notre communauté de vie.

Parce que l’équipe en place a fait son temps, que les vieilles recettes politiques du siècle passé et l’hégémonie du Parti Socialiste ne sont plus les références de « la Gauche ».

Parce que la liste des Droites, fusionnée dans la douleur, représente un ensemble de valeurs portées par les partis politiques qui la soutiennent que nous ne partageons pas.

L’alternance, le vote utile, c’est « Boissy, c’est vous » !

Des citoyennes et citoyens engagés, des écologistes et des insoumis unis pour gagner le 28 juin !