Archives de catégorie : Actualité

Deux premiers noms de notre liste

35 candidates et candidats, 35 personnes conscientes des enjeux, impliquées dans Boissy-Saint-Léger et sur notre liste. Leurs photos et présentations seront publiées ici deux par deux ou une par une dans les jours qui viennent.
Aujourd’hui, Karine Chamoire et Jean-Luc Wolf.

L’image contient peut-être : 2 personnes, texte qui dit ’Karine CHAMOIRE WOLF Membre de attentive à une alimentation saine. Je travaille dans une association d'aide pour le logement accompagné. Photographe naturaliste. Membre des Collectifs du Lac de Créteil et des Amis du Der. Témoin direct de l'effondrement de la biodiversité.’

Laissez vivre les chevreuils et les sangliers de Grosbois !

Photo Wikipédia reprise par Actu Val-de-Marne

Plusieurs journaux font état d’une décision préfectorale qui autorise des chasses de nuit dans la forêt de Grosbois pour abattre un grand nombre de chevreuils et de sangliers, jugés trop nombreux.

Cet abattage massif de chevreuils et de sangliers est cruel et procède d’une vision économique de la forêt. Grosbois était, avant de devenir la forêt telle qu’on la connait maintenant, une lande boisée, riche d’une biodiversité aujourd’hui très dégradée, biodiversité qui devait sa vitalité à la présence d’un grand nombre d’animaux sauvages de taille bien plus importante et en bien plus grand nombre qu’aujourd’hui.
Seulement, quand on gère un stock d’arbres comme des conserves dans l’arrière boutique d’une épicerie, les yeux rivés sur le résultat d’un exercice comptable, on ne se préoccupe pas, pas assez, de l’aspect biodiversité.
Et puis, entre nous, si une espèce animale dangereuse pour la nature devait être montrée du doigt (ou du sabot) et sommée, par la force sans doute, de laisser la nature tranquille, je pense à une autre espèce, loin d’être en voie de disparition…

Non au cumul des mandats mairie métropole

La loi impose que le candidat ou la candidate à la métropole du grand Paris soit nécessairement la tête de la liste au conseil municipal. C’est très dommage, mais si on veut respecter des engagements de non cumul des mandats, il existe une solution que je mettrai en œuvre pour contourner cette règle absurde. Je souhaite être le maire de Boissy, mais pas le représentant de la ville à la métropole.

Les 15 et 22 mars, les électeurs voteront pour désigner leurs conseillers municipaux et le ou la conseiller(e) métropolitain(e) qui représentera Boissy-Saint-Léger à la Métropole du grand Paris.

Boissy-Saint-Léger aura un seul représentant à la métropole. La loi nous impose de placer en 1ère position la tête de liste des candidats au conseil municipal (partie droite du bulletin de vote), et d’ajouter un second nom, de l’autre sexe, une sorte de suppléant bizarre qui n’aura aucun rôle à jouer. Cette règle ne nous convient pas, mais nous sommes bien obligés de faire avec.

Pour ma part, j’ai déclaré dès le début de cette campagne que j’étais opposé au cumul des mandats, pour me consacrer au mandat de maire, pour ne pas cumuler les pouvoirs, pour ne pas additionner les indemnités.

Comment faire ? Il y a une solution, toute simple, qui consiste à ce que je ne siège pas (démission) au conseil métropolitain. La loi décrit ce qu’il se passe dans ce cas :

« La loi n° 2013-403 du 17 mai 2013 relative à l’élection des conseillers départementaux, des conseillers municipaux et des conseillers communautaires, et modifiant le calendrier électoral, a profondément révisé le régime d’élection des conseillers communautaires et, par conséquent, le régime applicable à leur remplacement.

Dans les communes de 1000 habitants et plus, le conseiller démissionnaire est remplacé par le candidat de même sexe élu conseiller municipal ou conseiller d’arrondissement suivant sur la liste des candidats aux sièges de conseiller communautaire sur laquelle le conseiller à remplacer a été élu. Lorsqu’il n’y a plus de candidat élu conseiller municipal ou conseiller d’arrondissement pouvant le remplacer sur la liste des candidats au siège de conseiller communautaire, le siège est pourvu par le premier conseiller municipal ou conseiller d’arrondissement de même sexe élu sur la liste correspondante des candidats aux sièges de conseiller municipal n’exerçant pas de mandat de conseiller communautaire. »

Oui, je souhaite être le prochain maire de Boissy-Saint-Léger. Non, je ne serai pas conseiller métropolitain.

Le maire et les conseillers municipaux, le conseiller métropolitain et les autres conseillers territoriaux devront discuter, débattre, écouter les Boisséennes et les Boisséens pour définir les positions des uns et des autres dans ces trois niveaux décisionnels, au mieux des intérêts des Boisséens et dans le respect de nos engagements.

Collectif, démocratique, ensemble.

Créer à Boissy une délégation à la condition animale

L’image contient peut-être : plein air et nature
Photo Jean-Luc WOLF

Pour la protection des animaux, la lutte contre les cruautés faites aux animaux, la sauvegarde des habitats naturels pour tous les animaux, au cœur de la ville comme dans nos espaces naturels, nous créerons à Boissy-Saint-Léger une délégation à la condition animale. Un élu ou une élue sera donc officiellement en charge de cette délégation si les électeurs boisséens nous confient la gestion de la ville à l’occasion des municipales des 15 et 22 mars 2020.